Le besoin d’expliquer ses performances

Tout sportif -à tous les niveaux de la pratique sportive- va généralement essayer de chercher à expliquer ses performances, la cause de son échec ou de sa réussite. Le vainqueur d’un important tournoi de golf attribue sa victoire à de longues heures d’entraînement; un tireur à l’arc estime que ses derniers échecs sont dus à la malchance ; une équipe de football va mettre la faute sur leur entraîneur …

Le domaine du sport entraîne de nombreux « Pourquoi ? » auxquels chacun tente d’apporter une réponse. L’explication du résultat sportif est une question fondamentale qui préoccupe et concerne au plus haut point les sportifs, les entraîneurs, les supporters, les commentateurs.

Expliquer la cause de son succès et de son échec

Continuer la lecture de « Le besoin d’expliquer ses performances »

Etre exigeant à l’entrainement …. mentalement aussi

Le concept de force mentale, parallèlement à celui d’entraînement physique, technique ou tactique, se fait de plus en plus connaître. Le sport ne se résume pas seulement à de la force, de la vitesse, de l’endurance ou de la technique. Ces facteurs jouent un rôle important mais le mental permet de les décupler. Il ne faut pas sous-estimer cette force mentale ; elle est également primordiale. Alors entraînez-vous !

La force mentale est primordiale – (c) Lotus et Bouche couse

Continuer la lecture de « Etre exigeant à l’entrainement …. mentalement aussi »

Les 5 piliers : technique, physique, tactique, mental et attitude

On parle souvent que toute performance sportive se construit autour de la maîtrise de son mental et  du développement des 3 autres piliers qui sont : la technique, le physique et la tactique.

Jacques Plouffe, professeur à l’Université du Québec et spécialiste de l’entraînement mental, nous en donne une bonne image : « C’est comme les quatre pattes d’une table. Les aspects physique, technique, stratégique et mental représentent chacun une patte. Il faut donc développer chacune des facettes pour qu’un athlète soit équilibré. Et la beauté dans tout ça, c’est que plus les athlètes se rapprochent du sommet de la pyramide de l’excellence, ce qui va faire la différence en fin de compte, c’est la force mentale. Cela peut être la différence entre une médaille d’or et une quatrième position. La force mentale, ça se développe et s’apprend. Ca doit être incorporé quotidiennement dans l’entraînement ».

Les 4 pattes d’une table : physique, technique, tactique, mental

Continuer la lecture de « Les 5 piliers : technique, physique, tactique, mental et attitude »

Progresser grâce au carnet de bord

Un carnet de bord personnel adapté au sport pratiqué est essentiel pour garder une trace des sensations et des résultats passés et mieux préparer les objectifs futurs.

Simple, facile à mettre en place, le carnet de bord s’avère au fil des préparations et des saisons un outil fort utile, une véritable mine d’or, un outil qui deviendra bientôt indispensable pour vos entraînements et vos compétitions !

C’est un outil simple, mais qui, pour certains, peut s’avérer un peu fastidieux. Simple parce qu’il ne requiert aucune analyse ou recherche, seulement un compte rendu de ses activités. Fastidieux parce qu’il demande de la rigueur et un exercice parfois répétitif. Soyez libre de l’utiliser comme vous l’entendez, mais si vous voulez un seul vrai conseil : remplissez-le régulièrement.

Le carnet de bord, une véritable mine d’or !

Continuer la lecture de « Progresser grâce au carnet de bord »

Le soutien à l’autonomie (3) : les parents

Etre autonome c’est  pouvoir exprimer ses opinions, faire des choix et prendre des initiatives. Le jeune qui demande à ses parents de jouer au tennis pour le plaisir qu’il y éprouve et parce que c’est son choix vient de satisfaire son besoin d’autonomie.

En multipliant ses expériences d’autonomie, l’enfant va prendre la mesure de ses compétences. Dans cette matière, les réactions des parents sont très diversifiées. Certains parents sécurisent trop le parcours du jeune enfant ; d’autres lui refusent le droit à l’erreur (ces enfants apprennent alors qu’il n’y a pas de place pour l’échec). D’autres enfin approuvent tout ce que fait l’enfant qui acquiert ainsi le sentiment de tout réussir sans effort. L’important est d’encourager son enfant lors des premières acquisitions, valoriser ce qu’il réussit, l’inciter à aller plus loin, mais en respectant son rythme. Il s’agit de l’encourager quand il est en difficulté et le féliciter quand il accomplit des progrès, le valoriser régulièrement. Cette reconnaissance et ces encouragements sont un carburant extraordinaire.

Le parent agit comme soutien.

C’est au jeune à prendre le contrôle sur les faits et les événements. Le parent agit comme soutien. Tout ceci est essentiel  car il n’y aura pas de poursuite de la pratique sans ce relais motivationnel : si un enfant peut faire les choses au plus jeune âge pour faire plaisir aux parents, très rapidement doit prendre place le plaisir et la persévérance pour lui-même. La conversion de la motivation extrinsèque (en relation avec les parents) en motivation intrinsèque (pour lui-même) dans les périodes clés de la maturation de l’enfant est essentielle.

Continuer la lecture de « Le soutien à l’autonomie (3) : les parents »