Football : le stress des tirs au but

Le football est un sport psychologiquement exigeant. Un traitement informationnel, rapide et efficace est demandé aux joueurs, mais aussi aux arbitres, afin d’effectuer les meilleurs choix possibles. L’obligation de résultats, les rapports conflictuels (joueurs/arbitres/entraîneurs/spectateurs/dirigeants et parents chez les plus jeunes), les pressions du match (couverture médiatique importante, finale de championnat, risque de descente), la remise en cause de l’intégrité physique (agressions et/ou menaces physiques et verbales) et la peur de l’échec constituent autant de facteurs qui placent ces acteurs du football en situation de stress (Nadori, 1993).

La peur de l’échec place ces acteurs du football en situation de stress

Continuer la lecture de « Football : le stress des tirs au but »

Stress et superstition

En compétition, je porte toujours le même t-shirt vert ; j’enfile d’abord ma chaussette gauche ; j’écoute la même musique en me rendant sur le lieu du tournoi ; etc. Et si les superstitions avaient quelque chose de bénéfique ?

Et si les superstitions avaient quelque chose de bénéfique ? (c) kuhu

Mais pourquoi de telles habitudes chez les sportifs ? Une des raisons est que celles-ci les aident à faire face au stress.

Continuer la lecture de « Stress et superstition »

L’entraînement de l’attention est plus qu’une forme de musculation

Nous connaissons déjà deux caractéristiques de l’attention ! L’attention est une ressource limitée et l’attention peut être automatique  : Maîtriser son attention .. tout un art !

D’autres aspects de l’attention sont bien utiles à connaître pour l’entraîneur et le sportif !

L’attention est sélective : l’attention volontaire (ou contrôlée)

Ce qui revient à dire que nous pouvons décider volontairement de choisir quels éléments nous souhaitons prendre en compte pour agir.  Nous pouvons choisir de porter notre attention sur quelque chose en particulier, comme par exemple un sous-titre dans un film ; ou un golfeur peut décider de se focaliser uniquement sur sa cible ; ou un entraîneur peut regarder évoluer un seul de ses joueurs pendant 15 min.

Le sportif qui veut arriver à se concentrer sur la tâche doit faire abstraction de tout ce qui se passe autour de lui qui ne ferait pas partie de celle-ci. Les informations sans liens avec la tâche, appelées généralement des distracteurs, doivent ainsi être neutralisées : les distracteurs attirent ailleurs l’attention qui devrait en fait être consacrée à la tâche. Ils peuvent donc entraver sérieusement le résultat. Comme par exemple les distracteurs internes, difficiles à cerner et qui se travaillent au cours de la préparation mentale. Ce peut être des pensées, des émotions, des préoccupations, du stress, etc.

Les distractions peuvent être nombreuses … et variées !

Continuer la lecture de « L’entraînement de l’attention est plus qu’une forme de musculation »

Les stratégies des jeunes golfeurs élites pour gérer leur stress

L’incapacité à gérer le stress en compétition peut avoir un impact négatif considérable sur la performance d’un athlète (Lazarus, 2000). Il est donc important que les jeunes athlètes de haut niveau apprennent à bien gérer les situations stressantes, surtout s’ils aspirent à poursuivre leur carrière sportive au niveau élite adulte. À ce jour, les stratégies utilisées par les jeunes athlètes pour gérer leur stress en compétition sont encore peu connues.

Les stratégies utilisées par les jeunes athlètes pour gérer leur stress en compétition sont encore peu connues

Le « faire face » (ou coping) réfère aux différents moyens utilisés pour tenter de gérer le stress. Nous l’avons vu dans les articles précédents (Stratégies pour faire face au stress négatif (1)Stratégies pour faire face au stress (2)) : les stratégies de coping sont principalement classées selon deux orientations : problème et émotion (Lazarus, 1999). Les stratégies axées sur le problème sont utilisées pour tenter de diminuer le stress en travaillant sur la cause du stress. Cette stratégie amène donc l’athlète à gérer son environnement en améliorant sa planification d’entraînement, en augmentant ses efforts, etc. Les stratégies axées sur l’émotion sont utilisées pour mieux gérer les réponses émotionnelles en lien avec le stress vécu. Par exemple, un athlète peut utiliser des techniques de relaxation pour tenter de modifier ses réponses physiologiques au stress (Beck, 2000). Une troisième stratégie, le coping d’évitement, implique l’effort psychologique (distanciation cognitive) et comportemental (se retirer de la situation) de se désengager d’une situation stressante.

Continuer la lecture de « Les stratégies des jeunes golfeurs élites pour gérer leur stress »

Les stratégies pour faire face au stress négatif (2)

Dans l’article précédent (Stratégies pour faire face au stress négatif (1)), nous avons vu que lorsque nous sommes  confrontés à des demandes physiques et psychologiques très intenses, nous y répondons par diverses stratégies pour faire face et s’adapter. Ce processus semble particulièrement utile au sportif de haut niveau, soumis à des contraintes très importantes, parfois qualifiées d’extrêmes (Rivolier, 1992). De nombreuses études ont, d’ailleurs, été entreprises pour identifier les agents de stress et leurs effets sur la santé et la performance du sportif (Le Scanff, Famose, 1999).

Les premières, les stratégies centrées sur le problème,  visent à anticiper l’arrivée du stress, à faire en sorte de réduire l’exposition. On peut distinguer les actions préventives, qui consistent à anticiper l’action et donc à réduire la menace (rassembler des informations, gérer des objectifs, gérer le temps, rechercher des solutions) et les actions dites agressives, qui attaquent ou réduisent la source du problème. Dans un coping centré sur le problème,  l’individu confronté à une situation de stress se mobilise donc pour analyser la tâche à résoudre et rechercher des informations supplémentaires pour tenter de trouver une solution. L’athlète cherche à augmenter ses propres ressources pour mieux y faire face. Cette première stratégie consiste à gérer, agir sur, ou modifier le problème qui est à l’origine du stress.

Chercher à à augmenter ses propres ressources pour mieux y faire face

Continuer la lecture de « Les stratégies pour faire face au stress négatif (2) »