Les 5 piliers : technique, physique, tactique, mental et attitude

On parle souvent que toute performance sportive se construit autour de la maîtrise de son mental et  du développement des 3 autres piliers qui sont : la technique, le physique et la tactique.

Jacques Plouffe, professeur à l’Université du Québec et spécialiste de l’entraînement mental, nous en donne une bonne image : « C’est comme les quatre pattes d’une table. Les aspects physique, technique, stratégique et mental représentent chacun une patte. Il faut donc développer chacune des facettes pour qu’un athlète soit équilibré. Et la beauté dans tout ça, c’est que plus les athlètes se rapprochent du sommet de la pyramide de l’excellence, ce qui va faire la différence en fin de compte, c’est la force mentale. Cela peut être la différence entre une médaille d’or et une quatrième position. La force mentale, ça se développe et s’apprend. Ca doit être incorporé quotidiennement dans l’entraînement ».

Les 4 pattes d’une table : physique, technique, tactique, mental

Si ces 4 paliers inter-agissent entre eux pour les sportifs aguerris, les athlètes les acquièrent l’une après l’autre. Le débutant va vraisemblablement d’abord se pencher sur sa technique : apprendre les gestes adéquats, les appuis, l’équilibre … Ensuite vient l’aspect physique : résister plus longtemps, acquérir de l’endurance, de la souplesse, de l’explosivité, gérer son corps dans l’espace. Quand le sportif commence à être satisfait de sa régularité, il va pouvoir démarrer le travail sur les stratégies de jeu : viser à tel endroit, varier ses coups,  savoir répartir son effort, savoir accélérer au bon moment … La tactique prend en effet plus de sens dès qu’on a atteint un certain niveau de régularité. Et puis, au moment où le sportif commence la compétition, le mental va entrer en ligne de compte. L’athlète va vouloir mieux gérer ses matches et va se retrouver à essayer de mieux maîtriser ses émotions, gérer son stress, peaufiner sa préparation, définir ses objectifs, trouver de meilleures stratégies de contrôle de l’attention … La perspective éducative et préventive est ici privilégiée. La préparation mentale (encore appelée entraînement ou coaching mental même s’il y a des différences notables entre ces termes) vise à aider le sportif à développer ses ressources pour s’adapter aux contraintes de la pratique sportive à un certain niveau. Comme la préparation technique, physique et tactique, elle concerne donc à priori tous les sportifs qui désirent atteindre leur meilleur potentiel.

Vous l’aurez compris, il s’agit donc de répartir l’entraînement autour de ces 4 piliers. Pour ce faire, je vous suggère de démarrer en complétant ce tableau composé de 4 colonnes – 1 pour chaque pilier – et d’y lister vos forces et les points à améliorer.

Identifiez les choses sur lesquelles vous devez apporter des améliorations

Identifiez les petites choses sur lesquelles vous devez apporter des améliorations : votre liste doit être assez détaillée de manière à identifier rapidement ce dont vous avez besoin pour progresser.

Et puis, à vous de jouer ! Allez-y au feeling, à l’envie. Choisissez ce qu’aujourd’hui vous avez envie de travailler … mais occupez-vous régulièrement de chaque pilier : technique, physique, tactique, mental.

Un exemple en volley

Technique : Défense en plongeon avant – Attaque sur grande diagonale et ligne – Service flottant en suspension

Physique : Travail de la souplesse des épaules – Renforcement tronc, épaules, hanches, genoux, pieds et corps – exercices statiques et exercices dynamiques

Tactique : Exploitation des gestes techniques dans une situation particulière – Préparation tactique au contre et en défense en fonction de l’adversaire : analyse de vidéos

Mental : Fixation des objectifs de performance et en compétition – Introduction des rituels au service – Entraînement de sa respiration

Un exemple au volley

Pour travailler autour de ce thème en équipe ou pour vous évaluer individuellement, j’aime la méthode SKS, élaborée par Phil Daniels, professeur en psychologie à la  Brigham Young University,. Cette méthode  facilite cette prise de parole à travers 3 types de questions orientées actions que vous pouvez poser aux membres de votre équipe ou à vous-même :

Stop – What should I stop doing ? – que devrais-je arrêter de faire ?

Keep doing – What should I keep doing ?  – que devrais-je continuer de faire ?

 Start : What should I start doing ? – que devrais-je commencer à faire ?

Ces interrogations très opérationnelles permettent de lever le voile sur les opinions de vos collègues et vous donner des pistes pour vous améliorer.

Il s’agit d’un outil simple, efficace, rapide et facile à mettre en oeuvre. Il encourage le dialogue avec votre équipe en donnant l’opportunité d’aborder toutes sortes de sujets en toute franchise, sans jugement de valeur. Les questions sont orientées actions ,  favorisant la prise de décision efficace et pragmatique.

Pour être efficace, prévoyez 3 réponses possibles à chaque question. Vous pouvez par exemple vous appuyer sur un formulaire comme celui-ci pour consigner les réponses :

Questionnaire SKS

Pour en savoir plus à ce sujet, découvrez un de mes autres articles sur ce sujet :  http://challengeu2.be/3-questions-progresser/

Enfin, je ne voudrais pas terminer cet article sans parler du 5ème pilier, celui de l’attitude, de l’esprit sportif. Etre considéré comme un véritable sportif ne dépend pas que du jeu pratiqué; entre en jeu aussi le comportement dont on fait preuve. Les valeurs sportives sont aussi importantes que les 4 autres points ! Avoir un comportement irréprochable tant au niveau du jeu qu’au niveau des relations que l’athlète entretient avec lui-même, son coach ou encore ses adversaires permet prendre du plaisir sur le terrain, de jouer la tête haute et de conserver une belle image que l’on a de soi. Et donc de mieux jouer. Nous y reviendrons dans un prochain article.

Pour tout compétiteur, ces 5 piliers sont des composantes qui doivent être développées de façon extrêmement liée. Ces bases sont complémentaires et interdépendantes. Elles forment un tout qui détermine le joueur. Si un seul de ces 5 piliers vient à vaciller durant le match – ou n’est pas assez travaillé – c’est l’ensemble des capacités du sportif qui est remis en cause : « On ne vaut que sa batterie la plus faible ».

 

Une réponse sur “Les 5 piliers : technique, physique, tactique, mental et attitude”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.