Emotion quand tu nous tiens !

Peut-être éprouvez-vous rarement de l’émerveillement ou de la fierté ? ou plus rarement encore de la colère ou de l’irritation ? Mais par contre plus fréquemment de la frustration, de l’anxiété, de la surprise, de la tendresse ? C’est possible. L’émotion est un phénomène à multiples facettes.

Nous différons grandement dans notre propension à éprouver et à montrer divers états émotionnels : certains d’entre nous sont de grands émotifs ; d’autres mettent leurs émotions sous cloche. Certains éprouvent leurs émotions de manière intense ; d’autres pas.

L’émotion est un phénomène à multiples facettes

A quoi reconnaît-on une émotion ?

Au départ de l’émotion, il y a une pensée ; c’est elle qui va déclencher l’émotion.

« J’ai peur de perdre et de faire une contre-performance ». Cette pensée va générer des émotions qui vont s’accompagner de modifications biologiques dans notre corps (variation du rythme cardiaque et respiratoire, augmentation de la transpiration …), sur notre comportement (tension musculaire, sourcils froncés, mâchoires serrées, ton sec …) et de nos pensées (pensées de plus en plus négatives par exemple).

Modifications de notre comportement  ; sourcils froncés, mâchoires serrées …

Chaque émotion est assortie d’une tendance à agir d’une manière ou d’une autre. L’émotion  nous communique une envie de faire quelque chose; elle facilite certains comportements, tout en en inhibant d’autres. Ainsi la colère décuple nos forces, la tristesse induit une baisse de motivation pour les activités de la vie quotidienne, la joie nous permet d’accomplir avec facilité une quantité de buts variés, etc. Les émotions nous permettent de réagir face aux situations qui nous mettent en danger, nous menacent, nous attristent ou au contraire, nous réjouissent. Elles sont notre « kit de survie ».

Les émotions nous permettent de réagir face aux situations qui nous mettent en danger

Mais surtout, nos émotions nous informent ! Elles ne sont pas le problème.

Pourquoi suis-je triste, frustré ou en colère si je n’obtiens pas le résultat que je souhaitais lors de cette compétition ? Parce que cet échec menace directement un besoin fondamental. Par exemple, le besoin de se sentir compétent. Mes émotions négatives seront d’autant plus fortes que cet échec menace d’autres besoins encore ; comme par exemple celui de reconnaissance (par mes pairs, ma famille, mon entraîneur, la fédération, …). Chacune de nos émotions est porteuse d’un message. Retenons qu’une émotion déplaisante est toujours l’indicateur que quelque chose d’important pour nous est menacé.

Pourquoi suis-je triste, frustré ou en colère si je n’obtiens pas le résultat que je souhaitais lors de cette compétition ?

Je peux donc utiliser mes émotions pour prendre soin de moi.

Car ce n’est pas l’émotion qui est à blâmer, mais ce que j’en fais. L’émotion est toujours fonctionnelle en ce sens qu’elle est toujours porteuse d’un message : j’ai besoin qu’on me respecte, j’ai besoin d’être autonome, j’ai besoin de m’amuser …  Afin de pouvoir tirer le meilleur parti de nos émotions,  il faut apprendre à les réguler. Surtout en compétition où tout va vite. Même si nous sommes super énervés,  il est essentiel de pouvoir – à cet instant précis -garder son attention sur le placement de ses co-équipiers,  pouvoir porter son attention sur les  cibles choisies …

Il est essentiel de pouvoir garder son attention sur le placement de ses co-équipiers, de pouvoir porter son attention sur les  cibles choisies …

En sport, gérer ses émotions, c’est surtout diminuer ses émotions négatives.

Voilà un grand mot ! : Gérer ses émotions …  Il est général, flou, renferme diverses idées et d’autres mots. A lui seul il veut dire tellement de choses ! Ces mots « gérer ses émotions », ouvrez-lui le ventre ! Vos ruminations persisteront tant que vous n’aurez pas « résolu » le problème, tant que vous n’aurez pas vraiment écouté ce que vos émotions ont à vous dire. Alors, lors d’une prochaine émotion, extrayez le message qu’elle véhicule.

Lors d’une prochaine émotion, extrayez le message qu’elle véhicule. – Qu’est-ce que je ressens au juste ?
  • Qu’est-ce que je ressens au juste ? Reconnaître et comprendre ces réactions à la fois physiques et psychiques qui nous traversent ; percevoir la nuance des émotions, c’est déjà commencer à les apprivoiser. Joie, amusement, plaisir
  • Quel est le message de cette situation ? l’importance de l’esprit groupe, de s’amuser avec les copains, d’apprendre ensemble
  • Puis-je faire quelque chose, moi, concrètement ? continuer à partager cette émotion avec mes amis, à l’entraînement et en compétition

Apprivoisez vos émotions et tirez parti des avantages qu’elles vous procurent. Ne « gérez plus vos émotions », mais « vivez avec vos émotions » ! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.