Les parents, entre pression et soutien

La vie d’un parent de sportif ne s’apparente pas toujours à un long fleuve tranquille. Ce n’est pas parce que vous sacrifiez cinq heures de votre emploi du temps le dimanche pour conduire votre enfant à une compétition, que ce dernier doit forcément vous ramener la coupe du vainqueur en guise de récompense.

L’amour d’un parent est inconditionnel. Dans la victoire comme dans la défaite.

« Une défaite ou une élimination au premier tour peut être source de frustration pour un parent qui a le sentiment de s’être beaucoup investi auprès de son enfant. Mais si ce parent fait la tête, en veut à son enfant ou cherche à le culpabiliser, il renvoie comme message que sa relation affective est liée aux résultats sportifs » Julien Bois, Ph. D. Maître de conférences à l’Université de Pau.  Or, l’amour d’un parent pour son sportif en herbe ne peut pas découler de cela. Il est forcément inconditionnel. Dans la victoire comme dans la défaite …https://www.youtube.com/watch?v=yDreynrMiKU

Les résultats de recherches de Bloom (1985) montrent que, dans les premières années, ce sont les parents qui sont à l’origine du premier contact de leur enfant avec le domaine dans lequel celui-ci excellera. En effet, ce sont eux qui cherchent une formation, offrent à l’enfant les moyens d’exploiter ses prédispositions, et s’impliquent directement dans les entraînements et leçons. Au cours des années intermédiaires, les parents s’investissent davantage du point de vue financier ; ils consacrent en outre plus de temps à leur enfant et lui apportent un soutien affectif. L’enfant est privilégié au sein du noyau familial dans la mesure où son activité domine les habitudes et le budget familiaux. Les parents tendent à s’impliquer de façon moins directe au cours des dernières années de la formation de leur enfant. Toutefois, les parents continuent à lui apporter un soutien à la fois financier et affectif. 

Ce tableau nous rappelle donc combien le développement d’un talent est le fruit d’une rencontre entre une personnalité, des parents et un entourage social soutenant et des entraîneurs ayant des compétences distinctes selon les étapes.Il nous montre aussi combien il est important de veiller à la qualité de l’engagement de chacun. Il existe en effet un équilibre fragile entre le soutien que les parents peuvent apporter à l’enfant et le degré de pression qu’ils peuvent exercer sur lui. Aussi, l’identification des étapes du développement des sportifs est certes importante, mais elle ne fournit cependant pas de renseignements précis au sujet du comportement adopté par les parents vis-à-vis de la pratique sportive de leur enfant, et de la manière dont ce comportement évolue selon l’âge, le niveau et le type de sport pratiqué. 

Pour certains parents, il est difficile de doser harmonieusement les manifestations de soutien et d’engagement auprès de leur enfant sportif. Les résultats de nombreuses études ont montré que les parents exerçaient une influence importante, bénéfique et multidimensionnelle sur la vie de leur enfant sportif. Au sein du rôle qui leur incombe, les parents ont du mal à trouver un équilibre entre soutien et pression.

Les parents ont parfois du mal à trouver un équilibre entre soutien et pression

Pour vous y aider, j’aimerais aborder deux notions extrêmement importantes : les croyances de succès des parents à l’égard de leur enfant et l’importance accordée au succès de leur enfant.

1 Les croyances d’abord …. Chacun d’entre nous a des croyances à propos de lui-même mais aussi des croyances à propos des personnes qui nous entourent. Ces croyances ne sont pas forcément des connaissances objectives mais elles affectent les jugements que nous portons.

Ainsi, lorsque les familles croient aux habiletés de succès de leur enfant, le développement de la confiance en soi est grandement favorisé. Le fait que les parents croient en l’habileté de leur enfant peut être vu comme une forme de support : il y a un effet positif du soutien parental sur les réactions affectives de l’enfant comme le plaisir et l’enthousiasme. Un enfant qui perçoit que son parent le trouve compétent et a des attentes élevées à son égard aura tendance à s’engager avec assurance et à se sentir lui-même compétent.

Un enfant qui perçoit que son parent le trouve compétent aura tendance à s’engager avec assurance

L’inverse est également vrai. A niveau égal, un enfant dont les parents ont une perception élevée de sa compétence développera un plus fort sentiment de compétence qu’un enfant dont les parents ont une faible perception. Or, un sentiment de compétence élevé favorise l’investissement sportif ainsi que les performances optimales. Les croyances sont donc positivement reliées à la confiance en soi des athlètes. 

Pour atteindre son but, le jeune sportif doit posséder bien sûr les habiletés physiques et techniques nécessaires, mais aussi avoir une perception favorable de celles-ci et de sa capacité d’y avoir recours au moment opportun. 

2 Abordons maintenant l’importance accordée au succès qui, elle, peut augmenter l’anxiété. Scores, performances, bons résultats,  les parents en demandent souvent beaucoup :  https://urlz.fr/8sMQ

La façon dont les parents dosent le soutien qu’ils prodiguent et la pression qu’ils exercent aura des répercussions sur l’engagement sportif de l’enfant. La dérive parentale se traduit par un surinvestissement et la pression : importance prépondérante sur la victoire, attente irréaliste, interférence dans les relations avec le coach,etc. Ces comportements impactent le vécu de la pratique sportive : la peur de l’échec et le dé-plaisir à pratiquer. Avec cette pression constante tournée vers le résultat, l’amour parental peut perdre de vue les besoins de l’enfant. Avec toutes les dérives qui peuvent en découler.  
En natation, on se doit d’être Michael Phelps. Au cours de danse, on souhaite devenir une danseuse étoile. Au football, on veut être qualifié à la Coupe du monde. Il faut se dépasser et gagner constamment. L’anxiété de performance est associée à la peur de se faire juger et d’échouer.

Les enfants craignent de ne pas atteindre les attentes de réussite de leurs parents. Ils ont peur de les décevoir.

 Ces attentes irréalistes entraînent une pression sur les enfants pour qu’ils performent au haut niveau. Cette demande constante d’encore mieux faire, de battre les autres, de toujours faire des podiums … donnera tôt ou tard un manque de confiance en soi. L’enfant aura l’impression de ne pas disposer de compétences suffisantes pour atteindre l’objectif fixé idéalement par ses parents. Le jeune ne se sent pas à la hauteur et ne cesse de se mettre la pression pour ne pas (se) (les) décevoir. Plusieurs recherches déterminent que la forte pression parentale qui s’exprime par une volonté chez l’enfant de répondre aux attentes de leurs parents et par une inquiétude face au jugement social des adultes, était directement liée aux phénomènes d’angoisse constatés avant les matchs.

Le jeune ne se sent pas à la hauteur et ne cesse de se mettre la pression pour ne pas (les) (se) décevoir

Cette pression parentale peut se manifester de différentes manières. Jugements et réactions affectives négatives après une piètre performance, attentes disproportionnées concernant les performances, focalisation trop grande sur l’importance de l’entraînement, désapprobation ou manque de soutien, importance exagérée accordée aux bonnes performances sont quelques exemples.  
Les réactions parentales fondées sur la nécessité de gagner peuvent aussi les pousser à devenir plus autoritaires, exerçant un contrôle et une pression sur leur enfant comme la pression à s’entraîner en quantité. 

Alors valorisez ses réussites et non pas ses résultats, montrez-lui que vous croyez en lui : valorisez ce qui est fait, les exercices réussis,les progressions. Une progression, même quand on part de bas, est source de confiance.

Il est essentiel de faire comprendre aux enfants que se comparer aux autres est néfaste : chacun a du potentiel et des limites. L’enfant peut comparer ses résultats dans le temps pour identifier ses axes de progrès mais pas se comparer aux autres.

Montrez-lui que vous croyez en lui : valorisez ce qui est fait, les exercices réussis, les progressions

Le climat positif créé par les parents aidera au développement de la confiance et de la motivation nécessaires dans les réalisations futures. Le succès du développement des jeunes talents requiert l’implication et la discipline (do it right attitude) tout en évitant les attentes excessives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.