Progresser grâce au carnet de bord

Un carnet de bord personnel adapté au sport pratiqué est essentiel pour garder une trace des sensations et des résultats passés et mieux préparer les objectifs futurs.

Simple, facile à mettre en place, le carnet de bord s’avère au fil des préparations et des saisons un outil fort utile, une véritable mine d’or, un outil qui deviendra bientôt indispensable pour vos entraînements et vos compétitions !

C’est un outil simple, mais qui, pour certains, peut s’avérer un peu fastidieux. Simple parce qu’il ne requiert aucune analyse ou recherche, seulement un compte rendu de ses activités. Fastidieux parce qu’il demande de la rigueur et un exercice parfois répétitif. Soyez libre de l’utiliser comme vous l’entendez, mais si vous voulez un seul vrai conseil : remplissez-le régulièrement.

Le carnet de bord, une véritable mine d’or !

Commençons par le commencement !

Si on veut arriver à quelque chose, il faut savoir ce que l’on veut. Progresser, dans quel que domaine que ce soit, nécessite de savoir d’où l’on part et où l’on veut arriver et comment (fixation de buts – partie 1fixation de buts – partie 2). Et donc, dès les premières pages de son carnet, il faut être bien au clair avec son objectif à long terme :

– le mettre par écrit au présent et de façon positive
– être le plus précis possible

Il est très important aussi de noter ce que la réussite de cet objectif va nous apporter (que ce soit à l’entraînement ou en compétition). En d’autres termes, répondre à la question : « Pourquoi », « Pourquoi je souhaite arriver à tel objectif ». Cela vous permettra de mettre du sens, et au fil des jours et des semaines, de rester connecté à ce sens. Car on le sait, l’ingrédient le plus important pour réussir, c’est votre motivation !

Une fois cet objectif clairement défini, il y aura lieu – si possible avec son entraîneur– de définir quelles seront les étapes à mettre en place pour y arriver. En fait, noter votre plan d’actions = que faire pour atteindre cet objectif ? Quelles seront les étapes intermédiaires ? Votre objectif bien clarifié et planifié au préalable vous permettra de déterminer plus facilement ce qu’il est nécessaire de noter ou non.

Et la boucle est ainsi bouclée. Car, pour savoir si on s’approche du but et si les stratégies mises en place fonctionnent, il est indispensable de suivre sa propre progression, c’est-à-dire de mesurer (dans un sens très large) ses propres activités et leurs résultats à plusieurs niveaux. Le carnet est cet espace où vous allez pouvoir noter les informations pertinentes pour un projet donné, et ce de manière régulière.

Le carnet de bord est cet espace où vous allez pouvoir noter les informations pertinentes pour votre projet

Quelles informations y noter ?

Tout ce qui vous sera utile !  Les informations notées au fur et à mesure de l’avancement du projet seront de deux types : des mesures objectives et des mesures subjectives.

La mémoire humaine n’étant pas infaillible, il s’agit de noter à chaque page la date et les informations pertinentes : celles-ci seront des faits objectifs (lieu de l’entraînement ou de compétition, durée, nature du terrain, distance, moment de la journée, météo, résultats//objectifs définis, résultats de performance etc.).

Des mesures objectives

Et aussi de faits subjectifs (humeur avant et après l’entraînement, motivation, sensations durant et après l’entraînement, tactique utilisée, douleurs éventuelles, gestion de ses émotions, est ce que j’ai eu du plaisir ?  Quelles ont été mes forces durant le match ?  Qu’aurais-je pu faire différemment ? Quel est mon meilleur souvenir de ce jour ? etc.). Vous pourrez aussi y ajouter des graphiques ou des photos ou encore des phrases ou le nom de personnes inspirantes.

Des mesures subjectives : est-ce que j’ai eu du plaisir lors de cette compétition ?

Pour que l’utilisation et la tenue du carnet bord perdurent dans le temps, la rédaction du compte rendu de la séance d’entrainement/compétition doit être simple et rapide. Seules les informations indispensables à une bonne analyse sont à reporter dans le carnet. Elles peuvent être aussi simplifiées de manière drastique. Exemple : motivation avant d’aller à la séance d’entraînement : mettre une note allant de 0 (aucune envie d’aller s’entraîner) à 5 (grande envie d’y aller).

Si on prend l’exemple d’un projet de remise en forme, les mesures objectives peuvent être le poids, la mesure de la force avec certains exercices, l’endurance à un exercice particulier (temps de course à pied par exemple), etc. Les mesures qualitatives sont tout aussi précieuses. Pour ce même projet, elles se présenteront sous la forme de multiples commentaires ou impressions au sujet de l’humeur, l’énergie, la motivation, l’appétit, la qualité du sommeil, etc. On se répète : le choix des mesures dépend du projet.

Quel support choisir ?

Aujourd’hui, le nombre d’applications « carnet entrainement en ligne » – pour ordinateur ou pour mobile – ne cesse de croître. Mais, pour récolter et archiver les informations les plus utiles et les plus pertinentes, un simple fichier informatique (excel, word…) fera parfaitement l’affaire. D’autres sportifs optent pour une solution encore plus simple : le cahier d’écolier. Cela donne une dimension vraiment « physique » au carnet, avec la possibilité d’y coller des photos souvenirs, des coupures de presse, … C’est ce dernier qui a ma préférence.

Quel support choisir ?

Quelle analyse en faire ?

Que l’objectif ait été atteint ou pas, le sportif sera en mesure de valider ou non l’efficacité de l’entraînement mis en place. Lors des prochaines préparations/compétitions, il peut reproduire ce qui l’a bien aidé. Si l’objectif fixé pour la compétition ou l’entraînement n’est pas atteint, essayer de repérer les causes et les raisons de cet échec. Et re-définir son plan d’action ; ou ajuster son objectif. Parfois quelques ajustements suffisent pour retrouver de l’efficacité.

Pour résumer …

Le carnet de bord est un élément essentiel de l’entraînement et de son suivi. Le négliger serait une erreur. Il représente en effet pour tout sportif (ve), un recueil de précieuses d’informations. Il occupe ainsi une place importante du processus d’entraînement car il permet la reproduction future des points positifs de la préparation et d’éviter celle des mêmes erreurs. Il nous aide à prendre du recul sur sa pratique et d’analyser sa progression.

C’est aussi une sorte de « journal intime » sur lequel on couche ses impressions, son feeling, ses humeurs de sportif(ve). Le suivi efficace de l’entraînement est un élément incontournable de la préparation en vue d’un objectif. Ce carnet de bord prendra une forme différente selon votre style, votre projet, les moyens à votre disposition, etc. L’idée est que ce carnet vous plaise et vous corresponde pour que l’ajout d’information soit un plaisir.

Outil très utilisé en coaching, le carnet vous servira autant pour vos projets professionnels, que personnels, sportifs, créatifs ou autres. Un bon carnet de bord ressemblera à votre projet et vous ressemblera. Et surtout cela constituera une mine d’infos pour avancer et réussir tous vos projets présents et futurs !

Petit récapitulatif de « Comment procéder » ? (inspiré de www.se-realiser.com)

Voici un récapitulatif des consignes à respecter pour suivre vos progrès efficacement avec un carnet de bord :

Un journal par projet : Même si votre objectif global peut comporter plusieurs gros sous-objectifs, ne prenez qu’un seul carnet de bord par projet.

Déterminer les mesures : quand vous aurez planifié votre projet, vous connaîtrez les étapes intermédiaires et les critères d’accomplissement de ces étapes. Partez de là pour déterminer ce dont vous avez besoin pour évaluer votre progression.

Utilisez des mesures objectives : tout ce qui est mesurable rentre dans cette catégorie. Cela constitue un ensemble de faits tangibles, indispensables pour voir si vous progressez ou non.

Utilisez aussi des mesures subjectives : celles-ci vous permettront de trouver des causes explicatives aux difficultés que vous rencontrez ou aux réussites subites. Elles regroupent vos ressentis émotionnels, physiologiques, voire les événements importants de votre vie sans lien avec votre projet, mais suffisamment marquants pour impacter vos plans. Quand vous notez vos ressentis en lien avec une activité relevant du projet suivi, il est important de le faire aussi vite que possible après l’activité. En effet, plus le temps passe et plus on perdra en qualité d’information sur les ressentis et impressions.

Notez au besoin et à l’envie vos réflexions personnelles sur le projet en cours et ce qu’il évoque pour vous. N’hésitez pas à coucher vos pensées sur le papier pour les retrouver plus tard. Il est dommage d’oublier réflexions et idées parfois lumineuses sous prétexte qu’elles n’ont pas d’utilité immédiate, alors qu’elles peuvent favoriser des ajustements futurs ou générer de nouveaux projets.

Soyez régulier : inscrivez vos relevés objectifs et subjectifs avec une fréquence minimale plutôt qu’à l’envie. Vous garderez ainsi une trace fiable et régulière de votre progression. Cette fréquence n’a pas besoin d’être quotidienne, et dépendra de la durée du projet, de sa nature, et pourra varier en fonctions des phases de celui-ci.

Prenez le temps de réviser régulièrement votre progression et n’hésitez pas à ré-évaluer vos objectifs !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.